La sculpture des quatre lanternes à Djeddah La sculpture des quatre lanternes à Djeddah

Le point de vue d'un local

Un guide touristique de Djeddah à travers un regar

Enregistrer dans mes favoris Enregistré dans mes favoris

À tout juste 26 ans, Ahmed Al Hanboli, ingénieur fraîchement diplômé, a acquis plus d'expérience professionnelle que certaines personnes n'en ont dans leur vie. Comme beaucoup d'adolescents intelligents et talentueux, Al Hanboli a obtenu une bourse du gouvernement pour aller étudier à l'étranger. (Selon les chiffres du ministère des Affaires étrangères avant la pandémie, il y avait environ 90 000 étudiants saoudiens qui étudiaient à l'étranger grâce à des bourses gouvernementales). Al Hanboli a choisi l'université Tokai au Japon, tant pour son programme d'ingénierie que pour la possibilité de se trouver dans ce "magnifique" pays.

Toutefois, pour obtenir son diplôme universitaire au Japon, Al Hanboli devait étudier le japonais (la langue dans laquelle tous ses cours seraient dispensés) en plus de ses cours d'ingénierie. Al Hanboli se familiarise assez rapidement avec la langue. En fait, après quelques années, ses collègues saoudiens à l'école ont commencé à lui suggérer de publier un livre pour aider les arabophones à maîtriser le japonais. Un autre livre (destiné davantage aux débutants) a rapidement suivi.

Enhardi par le succès de son deuxième livre, Al Hanboli a décidé de partager son travail avec l'ambassadeur saoudien au Japon. "J'étais simplement curieux d'entendre ce qu'il en dirait", explique-t-il. Le lendemain, Al Hanboli est invité à l'ambassade pour rencontrer l'ambassadeur, qui lui suggère de créer un guide de l'Arabie saoudite en japonais. Le premier volet ? Jeddah. Nous nous sommes récemment entretenus avec Al Hanboli au sujet de son expérience dans la rédaction de Jeddah, de ses projets pour l'avenir - et de ses meilleurs endroits à visiter à Jeddah et au-delà.

Ahmed Al Hanboli dans le musée de l'Institut arabo-islamique de Tokyo. Ahmed Al Hanboli dans le musée de l'Institut arabo-islamique de Tokyo.

Ahmed Al Hanboli dans le musée de l'Institut arabo-islamique de Tokyo.

Qu'est-ce qui rend votre guide de Djeddah unique ? 

 

J'ai écrit sur 44 lieux en 35 jours. Chaque lieu commence par une petite introduction, qui est suivie de photos, d'informations sur les horaires et d'une adresse Instagram lorsque c'est possible. Chaque lieu dispose également d'un code QR que vous pouvez scanner et qui vous permet d'accéder à une image du lieu sur Google Maps.

 

Comment avez-vous choisi les sites à visiter à Djeddah ?

 

J'ai fait un sondage auprès de mes amis. Ils sortent plus que moi ! Il s'agit d'un mélange de cafés, de restaurants saoudiens, de sociétés de plongée, de centres commerciaux et autres - des endroits qui sont populaires et bons, comme le Medd Café & Roastery. Les suggestions du livre sont divisées en trois parties : La première section concerne le Jeddah historique (Al Balad), la deuxième la Corniche de Jeddah et la dernière la King Abdullah Economic City (KAEC)

 

En tant qu'étudiant ingénieur sans expérience dans le domaine de l'hôtellerie (ou de l'édition), comment avez-vous réussi à mettre tout cela sur pied ? 

 

Comme pour tout projet, vous devez constituer une équipe pour y travailler. J'avais une équipe formidable, dont mon ami Naif Al Talhi, qui était mon concepteur. Mais cela a pris beaucoup de temps. En plus de mes études, je travaillais sur le livre six ou sept heures par jour. 

 

Combien coûtera le livre ? 

 

Je voulais que ce soit gratuit. Mon but dans la vie n'est pas vraiment l'argent, c'est de faire quelque chose qui a du sens.

À cette fin, nous avons téléchargé le guide de Jeddah ici pour un accès facile.

Femmes profitant du quartier Al Balad de Djeddah. Femmes profitant du quartier Al Balad de Djeddah.

Pouvez-vous partager quelques-unes de vos choses préférées en Arabie Saoudite ?

 

Je recommande vivement le quartier historique d'Al Balad à Djeddah (visitez un souk pendant que vous y êtes). Si je devais recommander un restaurant, ce serait probablement Al Saddah. Et le musée Tayebat, près de Al Balad, est très intéressant. J'adore aussi la Corniche. Elle est infinie ; vous pouvez y vivre de nombreuses expériences différentes. Et pour les personnes qui aiment la nature, en dehors de Djeddah, il y a AlUla ou Umluj. 

 

Pour conclure, qu'est-ce qui, selon vous, rend l'Arabie saoudite si spéciale ?

 

Nous offrons une expérience totalement différente des autres endroits. Vous pouvez toucher l'ancienne culture, et c'est difficile à expliquer aux gens dans d'autres parties du monde. Ils entendent parler de projets futurs, tels que Neom et le projet de la mer Rouge, et ceux-ci seront certainement des sites touristiques compétitifs, mais nous offrons déjà une expérience unique. Il y a tellement de beauté naturelle. Les gens doivent la sentir et la toucher. Et, bien sûr, il y a les gens. Les Saoudiens sont très amicaux. Alors oui, visitez les musées, mais n'oubliez pas de vous attarder dans les cafés et de parler aux gens, aussi !

 

Pour en savoir plus sur la remarquable culture des jeunes en Arabie saoudite, cliquez ici.